La maternité : une idéalisation sociale ?

Scroll

Toutes les mamans nagent-elles dans le bonheur ?

Dans les films, dans les séries ou encore dans les publicités, les médias renvoient une image positive et magique de la maternité … Dans les films, toutes les mères semblent être des super-women ! Elles sont belles, elles ont le temps de se maquiller et de faire leurs cheveux (voire leurs ongles 🙂 ), elles ont retrouvé leur poids d’avant grossesse, sont épanouies dans leur couple et dans leur nouveau rôle de mère et en plus, leur maison est propre et en ordre …

La société nous pousse à croire que maternité rime avec bonheur, que c’est un paradis dans lequel les mamans sont heureuses et se sentent accomplies. Il n’y a pas de place pour les coups de blues et la fatigue est balayée par le bonheur que renvoie la maternité ! Alors vous imaginez la maternité comme ça … et si vous ne vivez pas dans ce bonheur permanent, la réalité, VOTRE réalité est complètement déroutante voire désarmante !

Beaucoup de mamans dénoncent cette idéalisation sociale comme un problème sociétal ! Pourquoi les autres mamans ne m’ont pas prévenue ? Pourquoi je n’étais pas au courant ? Tout le monde renvoie une image positive de la maternité et beaucoup de mamans ne se sentent pas assez préparées à la réalité, surtout pour un  premier bébé.

La société nous pousse, même quand on n’est pas parent, à renvoyer une image positive de soi : on préfère les personnes qui vont bien, qui sont toujours souriantes, qui ont un bon boulot, une vie sociale épanouie, aux personnes qui se plaignent, qui sont de mauvaise humeur, qui ne font rien de leur journée.

Quand on est parent, c’est pareil, on préfère renvoyer une image positive aux gens qui nous entourent car renvoyer une image moins jolie signifierait qu’on n’est pas à la hauteur voire qu’on n’est pas de bons parents !

Les autres y arrivent et pourquoi pas moi ?

Pourquoi je suis si fatiguée ?

Pourquoi je n’éprouve pas de bonheur en changeant mon bébé ?

Pourquoi, quand il pleure la nuit, je pense à le « jeter par la fenêtre »
(pas longtemps … mais ça me traverse l’esprit)

Vous n’êtes pas la seule à vous être posé ce genre de questions … Ça reste un sujet tabou : on n’ose pas en parler car vous pensez qu’en parler, ça serait admettre, devant tout le monde, que vous n’êtes pas capable d’assumer ce bébé, que vous ne le méritez pas, que vous n’êtes pas à la hauteur. En parler, c’est admettre qu’on a échoué … Enlevez-vous cette idée de la tête ! Vous n’êtes pas seule ! Des milliers de mamans ressentent ou ont déjà ressenti ce que vous ressentez ! Le fait de ne pas en parler aggrave parfois même votre situation ! Vous vous enfoncez seule dans un cercle vicieux et vous pensez ne pas être capable … Il n’y a pas de honte à se sentir débordée et encore moins à demander de l’aide !

C’est un signe de courage que de demander de l’aide quand on se sent débordée ou quand on sent que ça ne va pas ! C’est aller à l’encontre de ce que pense la société pour évoluer et grandir.

Ne vous laisser pas envahir … demandez de l’aide : à votre compagnon, à vos proches, à une sage-femme, à un médecin, à un membre de l’ONE, à un pédiatre, à un psychologue, … N’oubliez pas que vous n’êtes pas seule ! Des aides existent, il suffit de demander même si ce n’est pas simple !

 « Le burn-out maternel, oui, ça existe »

Bien sûr, il y a aussi des mamans qui vivent vraiment dans le bonheur et pour qui la maternité est vécue comme un paradis sans difficulté … ça arrive et il ne faudrait pas non plus que ces mamans commencent à se sentir anormales 🙂

Vous avez toutes votre façon de gérer ce nouveau rôle de maman qui vous est donné. « La mère parfaite n’existe pas » : chacune fait comme elle peut et de son mieux ! Et c’est tout ce qu’on demande à une maman …

TOP